Méditer pour être heureux ?

Vous trouverez, ci-dessous, un texte qui permet d’éclairer le but fondamental de la méditation que je transmets: l’accroissement de la Conscience. 

La Conscience a été décrite, par Alfonso Caycédo -fondateur de la Sophrologie-, comme une « force ». Et c’est en effet de cela dont il s’agit: plus nous avons conscience de notre corps, de notre respiration, de notre activité mentale… plus notre Conscience se dévoile, se conquiert, se transforme et se renforce. 

C’est parce que nous apprenons, dans un premier temps, à observer nos sensations, les phénomènes qui se présentent à notre conscience, les activités générées par le mental… que, petit à petit, alors, se « muscle » notre attention et que nous nous purifions. 

Par la méditation, nous travaillons à la conquête de nous même pour transformer notre Vie au quotidien.

Mais pour cela, avant tout, il est nécessaire, d’expérimenter la Vie telle qu’elle se présente, conscient de nous-même, « ici et maintenant », juste dans l’observation de ce qui est, sans analyse et sans jugement… avec, toutefois, la bienveillante mais ferme intention de ramener notre esprit, encore et toujours « ici et maintenant ».

___________________________________________________________

« La méditation est un moyen d’être heureux. »

« Eh bien, oui et non. La méditation procure parfois d’agréables sensations de béatitude mais pas toujours, et ce n’est pas le but… De plus, si vous méditez avec cette intention, vous avez moins de chances d’y parvenir qu’en méditant simplement en vue du but réel de la méditation, qui est un accroissement de conscience.

La béatitude provient de la relaxation, et la relaxation de la détente des tensions. Rechercher la béatitude par la méditation introduit une tension dans le processus, qui le fait disjoncter. Il n’y a pas moyen d’en sortir. Vous ne pouvez atteindre la béatitude que si vous la cherchez pas. 

De plus, si l’euphorie et les sensations agréables sont ce que vous recherchez, il y a des manières plus faciles de se les procurer. Vous les trouverez dans les bars et auprès des personnages louches qui hantent les rues.

L’euphorie n’est pas le but de la méditation. Elle se produira souvent, mais elle doit être considérée comme un à-côté plaisant. Plus vous méditez, plus il devient fréquent. Vous ne trouverez aucun désaccord à ce sujet auprès des pratiquants avancés. »

Vénérable Henepola Gunaratana